Il est obligatoire de ne pas mélanger les déchets informatiques avec les déchets classiques. En effet, les composants de ces appareils sont toxiques (cadmium, mercure, chrome, plomb, brome, etc…). La mise au rebut des appareils en fin de vie doit donc être gérée de manière responsable dans un souci de préservation environnementale.

C'est une obligation pour les entreprises mais également les particuliers.

Quelques chiffres :

  • En 2005, le chiffre d'affaires global du marché des serveurs s'établit à 51,3 milliards de dollars, soit 4,4 % de hausse par rapport à 2004, le plus haut niveau enregistré sur les cinq dernières années (source : IDC).
  • En 2003, 53 millions de micro-ordinateurs ont été vendus sur le marché européen et l'on estime que 500 millions ne seront plus utilisés en 2007.
  • En 2000, le gisement français de DEEE est estimé à 1.5 millions de tonnes. Celui-ci augmente de 3 à 5% par an.
  • 7% des matériaux utilisés pour la construction d’un PC peuvent être considérés comme « ultimes ». Reste 93% à recycler.

Les textes :

Ces textes sont les principaux à retenir parmi les nombreux créés (cf. Documents en ligne).
  • Loi du 13 juillet 1992 impose le traitement de tous les déchets afin que seuls les déchets dits « ultimes » finissent en décharge à partir du 1er juillet 2002.
  • Directive européenne n°2002/96/CE et son équivalent en France le décret N°2005-828 article 19 et 21 relatifs à la composition des équipements électriques et électroniques et à l’élimination des déchets issus de ces équipements.

Mis à jour ( Dimanche, 14 Mai 2006 01:43 )